Gabriel Dumouchel, Ph.D.

Il y a quelques jours, j’ai appris via Twitter et Facebook que le site Logiciels éducatifs avait été fermé*. D’ailleurs, voici ce qu’on retrouve maintenant à l’adresse de ce site:

Dans sa section « Qui sommes-nous », le site Logiciels éducatifs précisait être « le seul répertoire de logiciels éducatifs en français au Québec. Les logiciels sont évalués par une trentaine de pédagogues, formés à l’évaluation. Ce site s’adresse au personnel scolaire et aux parents, à la recherche de ressources numériques interactives de qualité. »

Le site expliquait qu’il avait été « créé en 1997 sous le nom Carrefour des ressources didactiques informatisées (C-RDI) [et qu’il avait] fait peau neuve en 2006 afin de regrouper l’ensemble des ressources éducatives numériques (REN) interactives. Le site a alors été renommé logicielseducatifs.qc.ca, pour bien marquer son nouveau mandat : évaluer tous les types de logiciels, y compris les logiciels libres et les logiciels gratuits, avec ou sans téléchargement, de plus en plus souvent intégrés à des sites Web. »

On apprenait aussi que Logiciels éducatifs était « coordonné par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec » (MELS), mais que « le site Web [était] réalisé par la Société GRICS. »

Fait intéressant, la page d’accueil du site fermé* invite « à explorer les ressources proposées sur le site Carrefour éducation, qui fournit des ressources aux enseignants de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire et secondaire pour le développement des compétences des élèves. » Cela est normal puisque dans la section « Qui nous sommes » de Logiciels éducatifs, il était précisé que « Les fiches descriptives des logiciels sont aussi accessibles par le moteur de recherche du site partenaire Carrefour-Éducation, qui répertorie et valide des ressources éducatives gratuites sur Internet. »

Parallèlement, on constate que c’est aussi la Société GRICS qui s’occupe du site Carrefour-Éducation comme cela est précisé sur leur page Pour nous joindre: « Mandaté et subventionné par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Carrefour éducation relève de la Direction des technologies éducatives de la Société GRICS. » Ainsi, peut-être faut-il comprendre que le MELS entend consolider ce que la Société GRICS fait pour lui en fermant* le site Logiciels éducatifs. J’avance cette hypothèse, car ce n’est pas avec des phrases creuses du genre le MELS « explore de nouvelles solutions afin d’aider les enseignants à faire des choix didactiques éclairés » que l’on obtient une réponse claire et précise… (précision 2 décembre 2014: une source proche du GRICS m’a confirmé qu’une équipe de conseillers travaille actuellement à ce sujet)

 

Je me souviens… du site Logicielseducatifs.qc.ca

Par ailleurs, certains peuvent se demander comment j’ai pu consulter ces informations sur le site Logiciels éducatifs alors qu’il ne comprend maintenant qu’une page d’accueil famélique. C’est simple. Je suis allé sur le site Internet Archive qui archive périodiquement des sites web et qui rend ses archives accessibles à tous. J’ai donc simplement inscrit l’adresse du site dans leur moteur de recherche nommé Wayback machine et j’ai pu aller visiter la dernière archive du site qui datait du 11 octobre 2014. Ce faisant, j’ai eu accès à tout leur contenu, notamment leur très utile Grille d’évaluation de logiciels éducatifs qui ne semble pas avoir été déposée sur le site de Carrefour Éducation.

archive_logicielseducatifs

 

Et alors? Pourquoi nous parler de tout ça?

Bonne question! Je rédige ce billet non pas pour hurler que ça n’a pas de bons sens d’avoir fermé* ce site de ressources. Je souhaite plutôt attirer l’attention sur un élément plus important à long terme. En effet, l’élimination* du jour au lendemain du site Logicielseducatifs.qc.ca illustre que le Québec n’est pas doté d’une véritable archive pour les ressources éducatives qui sont créées par le MELS (correction 11 novembre 2014: le GRICS m’a signalé qu’il ne produisait pas le contenu du site Logicielseducatifs.qc.ca; il s’occupait uniquement de programmer le site). Que ce soit en période d’austérité ou non, les milieux scolaires ne devraient pas faire les frais d’une absence d’archivage efficace des ressources éducatives en ligne qui sont produites grâce à des fonds publics. D’ailleurs, que fait le MELS exactement pour assurer la pérennité de ces ressources et du même coup rentabiliser ces investissements? Je suis d’avis que fermer* un site sans préavis et dire aux gens d’aller voir ailleurs ne peut pas et ne doit pas être une stratégie ministérielle.

Une piste de solution m’apparaît pourtant. Dans ses produits, le GRICS offre des solutions de gestion documentaire, mais rien qui ne semble s’apparenter explicitement à une archive de ressources éducatives en ligne. Cependant, si le MELS travaille déjà depuis plusieurs années avec cet organisme à but non lucratif, il serait intéressant d’évaluer si un tel service serait possible, viable et utile. Toutefois, j’avance cela en notant au passage que le GRICS est fortement lié aux commissions scolaires puisque son conseil d’administration « est composé, entre autres, de douze représentants des commissions scolaires provenant de toutes les régions de la province ». Or, ces derniers temps, plusieurs souhaitent la consolidation, voire la disparition de ces institutions… Comment le GRICS répondra-t-il aux besoins précis de chaque école si une commission scolaire consolidée représente un gigantesque bassin régional ou s’il n’y en a plus du tout? Bref, cela me permet de souligner que les choix d’un gouvernement qui prône notamment l’austérité et la décentralisation ne seront pas sans conséquence sur l’intégration des technologies dans les écoles québécoises (mais je m’écarte du sujet principal qui me préoccupe ici).

En somme, l’idée de ce billet est qu’il faut trouver une façon d’archiver efficacement la production numérique des spécialistes en éducation liés au MELS quand on constate que la procédure actuelle se limite à rediriger les gens vers un autre site. Car que fera-t-on si ce dernier tombe sous le couperet de l’austérité en bout de ligne? On redirigera encore ailleurs? Est-ce qu’on veut jouer aux dominos avec les ressources éducatives en ligne ou les rendre accessibles facilement pour qu’elles soient utilisées à des fins scolaires? Prenons l’exemple de la revue Vie pédagogique qui était publiée par le Secteur de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire et secondaire rattaché au MELS. Quand elle a cessé de paraître en 2012, plutôt que de la laisser poireauter dans le site du ministère ou de la faire disparaître, tout le contenu numérique a été transféré dans les collections de la Bibliothèque nationale du Québec. Bien entendu, archiver une telle revue fait partie des tâches de ladite Bibliothèque, mais pourquoi ne pas mettre en place un emplacement et une procédure d’archivage pour les ressources éducatives en ligne dont la production est encadrée et financée par le MELS? Bref, je souhaite qu’une solution efficace soit trouvée et surtout mise en oeuvre à ce sujet, mais en attendant, on aura toujours le choix de chercher dans Carrefour Éducation ou Internet Archive pour retrouver toutes les ressources du site Logiciels éducatifs.  😉
 
* [précision 2 décembre 2014] Une source proche du GRICS m’a signalé que le site a été suspendu et non fermé. Je considère toutefois qu’un site qui ne conserve que sa page d’accueil et qui supprime tout lien vers son contenu comme étant davantage fermé que suspendu. Mais bon, nous verrons bien si le MELS décidera de faire quelque chose avec ce site. Si la fermeture est décidée, je suggère que le MELS s’inspire de ce que le gouvernement britannique a fait avec le British Educational Communications and Technology Agency (BECTA) en archivant son site en 2011

Autre précision: les contenus graphiques tirés du site Logicielseducatifs.qc.ca sont sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA 2.5 CA.

(Visited 223 time, 1 visit today)
Le numérique, un levier des bibliothèques scolaires pour ne plus attendre le « MELSsie »
L’écriture collaborative à l’aide des cartes scripturales : proposition d’une approche innovante