Gabriel Dumouchel, Ph.D.

Dans le cadre du cours Initiation aux technologies éducatives que j’ai enseigné à l’Université du Québec à Chicoutimi à l’automne 2018, j’ai profité de la thématique des médias sociaux en éducation pour signaler aux futurs enseignants qu’ils avaient désormais l’opportunité de devenir à leur tour des influenceurs sur le web à l’instar de certains enseignants comme Jonathan LeProf et Marydotcom.

Je vous présente donc ici une page de contenu que j’ai produite en novembre 2018 dans la plateforme Moodle de mon cours pour les futurs enseignants afin de partager ma réflexion à ce sujet (qui est en développement continu). Il s’agit d’une nouvelle réalité qui comporte son lot d’avantages et de défis dont nous devons tenir compte pour guider les enseignants actuels et futurs pour prendre des décisions avisées.

Selon l’Office québécois de la langue française (2018), un influenceur Web est une « personne qui, par son audience sur les réseaux sociaux, est susceptible, par la diffusion de contenu portant sur des sujets divers, d’influencer les comportements de consommation et les opinions des internautes. Les influenceurs Web se servent notamment de plateformes de partage de vidéos et de plateformes de partage de photos ainsi que de blogues pour se constituer une audience et communiquer. Il arrive fréquemment que les entreprises cherchent à collaborer avec les influenceurs Web en raison de leur influence potentielle sur les comportements de consommation. On rencontre aussi influenceur des médias sociaux, influenceur du Web et influenceur numérique de même que les appellations féminines correspondantes pour désigner ce concept. »

C’est un peu ce que certain(e)s enseignant(e)s du Québec et d’ailleurs font en utilisant les médias sociaux pour diffuser du contenu et interagir avec un auditoire intéressé à l’enseignement. Pour illustrer cette situation, je vous présente de manière très sommaire quelques enseignants influenceurs québécois sur les médias sociaux :

Jonathan LeProf

Jonathan St-Pierre est un enseignant en univers social à l’école secondaire d’Iberville à Rouyn-Noranda en Abitibi-Témiscamingue. En tant que Jonathan LeProf, il alimente depuis mai 2018 une page Facebook centrée principalement sur les questions environnementales traitées souvent de manière humoristique. En date de novembre 2018, il comptait plus de 14 000 abonnés à sa page Facebook et plus de 600 abonnés sur Instagram. Il explique pourquoi il utilise les médias sociaux ainsi : « L’école a beaucoup changé, les jeunes sont beaucoup connectés et les adultes aussi, dit-il. Ce que je veux faire, c’est de montrer ce qui se passe en classe, mais en temps réel sur internet. Aussi être capable de rendre le fil Facebook des gens plus pertinent avec plus d’informations à distribuer… de montrer à tout le monde ce qui se passe dans un cours de secondaire 5 en monde contemporain. […] Ma mission première est de donner le cours que j’aurais aimé avoir quand j’étais au secondaire » (Thibault, 2018). En interview à La Presse, on précise : « En fait, je me considère comme un anti-youtubeur, nous dit l’enseignant. Les youtubeurs que les jeunes aiment, des gens comme PewDiePie, n’ont pas toujours un message pertinent. Mon but est de rendre le fil Facebook de mes élèves plus signifiant, parce que c’est là [sur les réseaux sociaux] que se trouvent les jeunes. » (Siag, 2018).

Marydotcom

Marie-Florence Legault est une enseignante au primaire qui se présente sous le nom Marydotcom dans les médias sociaux. Elle diffuse notamment des vidéos offrant des conseils en enseignement, des entrevues avec des collègues en enseignement, des concours, etc. En date de novembre 2018, Marydotcom était présente sur YouTube (14 000 abonnés), Facebook (1900 abonnés), Instagram (3500 abonnés) et Twitter (1300 abonnés). Sur sa chaîne YouTube, elle diffuse depuis 2009 des vidéos qui n’ont pas toujours porté sur l’enseignement puisqu’elle s’intéressait auparavant davantage à des célébrités comme Justin Bieber, aux produits cosmétiques et aux capsules DIY (Faites-le vous-mêmes).

Selon Infopresse (2016), Marie-Florence Legault fait partie du collectif Goji depuis 2016. Goji est un service créé par Québecor Groupe Média en 2015 qui « propose un accompagnement personnalisé dans la croissance des auditoires, le développement d’occasions multiplateformes, la relation avec les marques ainsi qu’un soutien à la création. Il vise à propulser les plus talentueux YouTubers dans le développement multiplateforme de leur marque » (Infopresse, 2015). Bref, à la différence de Jonathan LeProf, Marie-Florence Legault a choisi de faire appel à un service spécialisé dans les médias numériques pour élaborer sa personnalité publique d’enseignante, ce qui est une autre voie plus structurée pour être enseignante et influenceure Web.

Trois filles et l’enseignement autrement

Alexandra, Pier-Ann et Sarah sont trois amies et enseignantes au 3e cycle du primaire qui ont créé Trois filles et l’enseignement autrement, une entreprise dont le but est de « créer une communauté d’entraide en éducation » (Trois filles et l’enseignement autrement, 2018a).  Par l’entremise de divers médias sociaux, elles partagent entre autres leurs projets, leurs activités quotidiennes, leurs ateliers et leurs coups de cœur pédagogiques (Trois filles et l’enseignement autrement, 2018b). En date de novembre 2018, elles étaient présentes sur Facebook (16 000 abonnés), Instagram (8000 abonnés), YouTube (4000 abonnés), leur site web ainsi qu’un blogue. Elles ont aussi leur propre boutique où elles vendent des vêtements dont la thématique est liée à l’enseignement ainsi que des cahiers de planification et des agendas. Vous voyez donc ici une autre possibilité pour l’enseignant(e) qui devient influenceur Web : vendre des produits dérivés en enseignement.

Opinions des étudiant(e)s du cours 3TLE220 au sujet de devenir enseignants influenceurs Web :

Dans un travail sur les fiches de visionnement des capsules vidéo proposées par le site web Vers une Identité positive à l’ère du numérique (que je remercie au passage), j’ai demandé aux futurs enseignants ce qu’ils pensaient d’enseignants tels que Jonathan LeProf et Marydotcom et si ça les intéressait de faire comme eux. Ils ont été très divisés dans leurs réponses et dans l’ensemble, ils ont fait preuve d’un très bon esprit critique à ce sujet. 🙂

Ils ont majoritairement trouvé que c’est une approche intéressante et que ces enseignant(e)s ont ainsi un impact qui dépasse les murs de leur classe. Par contre, la grande majorité ne souhaite pas devenir enseignant influenceur Web, et ce, pour plusieurs raisons très pertinentes : charge de travail additionnelle, importance de la vie privée, préférence pour consacrer leur temps aux élèves, faible utilisation personnelle des médias sociaux, etc. Toutefois, quelques-uns d’entre eux ont déclaré qu’ils réfléchissaient à peut-être devenir enseignant influenceur Web un jour. Pour ces téméraires, je leur ai rappelé qu’ils allaient devoir bien planifier et gérer leur présence sur les médias sociaux, que ce soit en tant que prolongement de leur classe comme le fait Jonathan LeProf ou une approche plus entrepreneuriale comme le font Marydotcom ou Trois filles et l’enseignement autrement.

J’ai conclu cette formation en soulignant que dans le fond, l’important c’est d’être conscient que devenir enseignant influenceur sur les médias sociaux est une possibilité et non une obligation. En devenir un vient avec des avantages et des défis et c’est à chacun d’entre eux de prendre une décision éclairée à ce sujet. 🙂

Je poursuis ma réflexion et je vais même en discuter lors de conférences prévues cette année. C’est à suivre! 🙂

 

Références :

Infopresse. (2015, 5 octobre). Goji, un service destiné aux «YouTubers» québécois. Repéré à https://www.infopresse.com/article/2015/10/5/goji-un-service-destine-aux-youtubers-quebecois

Infopresse. (2016, 7 mars). Les 12 premiers YouTubeurs québécois de Goji dévoilés. Repéré à https://www.infopresse.com/article/2016/3/7/les-12-premiers-youtubers-quebecois-de-goji-devoiles

Office québécois de la langue française. (2018). Influenceur Web. Repéré à http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26544779

Siag, J. (2018, 23 septembre). Le prof Youtubeur. La Presse +. Repéré à http://plus.lapresse.ca/screens/1d2d9daa-d08a-43da-9ac7-f5e6cff7515f__7C___0.html

Thibault, M.-O. (2018, 12 juin). « Jonathan Le ProF » : un enseignant pas comme les autres. Des matins en or. Ici Radio-Canada Première. Repéré à https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/des-matins-en-or/segments/entrevue/75916/enseignement-professeur-facebook-education-rouyn-noranda

Trois filles et l’enseignement autrement. (2018a). Les trois filles. Repéré à https://www.troisfillesautrement.com/a-propos-de-nous

Trois filles et l’enseignement autrement. (2018b). À propos. Repéré à https://www.youtube.com/channel/UCa0wqqvSD9P32GMaLo0o90w/about

(Visited 1 434 time, 1 visit today)
Comment les futurs enseignants sont-ils formés aux compétences informationnelles et comment prévoient-ils les enseigner? Une étude exploratoire menée au Québec (Canada)
Enseignant et influenceur au Québec : enjeux et impacts d’une nouvelle identité numérique professionnelle